Le système D (partie 2)

Le système D (partie 2)

Les solutions pour continuer à se vêtir

9
tutoriel de magazine pour faire de vêtement avec des chutes de tissu.

Les vêtement sont aussi rationné, puisque l’Armistice de juin 1940 impose à la France de livrer à l’Allemagne, cuir, soie et laine, pour réaliser les uniformes militaires. Les français doivent se débrouiller, pas question de jeter quoi que ce soit ! on recycle !
Pour rester élégante, les femmes n’hésite pas à réutiliser des chutes de tissu pour en faire des vêtements.
Une nouvelle matière est utilisé, la viscose, elle est faite à partir de la fibre du bois. La pâte de cellulose est transformé en fil, qui sont tressés. Attention à ne pas rester trop longtemps sous la pluie avec ce genre de tissu ancien, il rétrécie.

On utilise aussi des cheveux récupérés dans les salons de coiffure ou des poils de chiens mélangés à la fibrane pour faire des vêtements chauds.

Les-costumes-de-Un-Village-Français-par-Thierry-Delettre-au-CHRD-500x348
La tenue typique de cette époque est composée d’un turban, d’un sac en bandoulière, de chaussures à semelles compensée et de bas. Mais comme la soie était réquisitionnée, et donc les bas de soie introuvables.
mai-1940-a-londres-qo65i
Alors pour donner l’illusion d’en avoir, les femmes de teignaient les jambes avec de la chicorée dans de l’eau. Après, une demi-heure les jambes sont sèches et on peu y rajouter un trait de crayon.

IMG_1773
Les chaussures de cette époque sont bruyantes quand on les porte, car les semelles sont en bois. On a du mal à marché avec, car il y n’y pas de souplesse.
12
Smelflex invente en 1942 la semelle en bois souple. Les stries que l’on fait dans le bois permet d’avoir un peu plus de souplesse.


Autre casse-tête pour l’époque, se laver. Le savon est lui aussi rationné. Grace aux magazines de cette époque on y trouve des recettes pour fabriquer son savon.

On mélange le gras de la viande et de la soude, cela crée une molécule capable de laver. On place le mélange dans un moule, puis on le laisse sécher dans un moule.

Mais comment faisait-on si l’on avait pas accès à ces produits ?

 

Pour conclure, j’espère avoir instruit toutes les personnes qui disent “oh, ça devait être trop bien les années 40” .Car non ce n’est pas “trop bien”, les gens avait faim, froid et avait un quotidien très loin de notre confort actuel. Mais je vous accorde, que les vêtements de cette époque sont “trop bien”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *