Dater ses vêtements ancien en provenance de la fripe ou de la brocante

Dater ses vêtements ancien en provenance de la fripe ou de la brocante

Quand on trouve un vêtement ancien, on est tout joyeux et on a qu’une hâte ; l’essayer et le situer dans le temps. Voici des conseils pour vous aider

Etape 1 – le visuel 

Facile à voir entre un vêtement ancien de 1880 et 1950. La coupe, le style et la fabrication sont de sérieux indices.
Il faut trouver, lire, observer les magazines de modes de toutes les époques pour pouvoir situer un vêtement par son style.
Observer les éléments qui ont le plus changé : Les épaules et les cols.
Observez les boutons, les matières naturelles : nacre, ambre, bois, verre, porcelaine sont plus propices pour des vêtements qui sont d’avant les années 50. La bakelite (un plastique) est également une matière plus présente avant les années 50. On se retrouve avec de plus de matières plastique après guerre. Bien que déjà existant mais moins courant.

 

famille 1900 vêtement ancien
 1900
Femme 1900 vêtement ancien
1900
robe 1910 vêtement ancien
1910
femme années 30 vêtement ancien
1930 – Ce qui va le plus différencier la mode 1930 des années 40 c’est la longueur des jupes et le ceinturage des vestons.
femme années 40 vêtement ancien
1940 – Les épaules sont élargie (manches ballons ou épaulettes) pour bien marquer la taille. Les jupes arrivent en dessous du genoux.
femme années 50 vêtement ancien
Années 50, plus de tissus, les robes deviennent plus large. Ou bien au contraire, les jupes crayons qui vont épouser la silhouette féminine. Les épaules se dénudes. 

vêtement ancien

années 60 vêtement ancien
années 60
années 70 vêtement ancien
années 70
 

Etape 2 – l’étiquette

Trouver les étiquettes, le meilleur indice. L’étiquette annonce 2 choses importantes ; les matières utilisées et le mode de nettoyage.
– La viscose (soie artificielle) est apparue vers 1910
– Le polyester est apparu en 1941 mais commercialisé en France qu’à partir de 1954 sous le nom de la marque Tergal.
Un vêtement ancien sera composé en général de matière naturel : lin, coton, soie, laine…
Le mode de lavage. Si vous voyez le symbole « Sèche linge ». Le principe du sèche-linge moderne n’a beau avoir été commercialisé en série qu’à partir de 1938, cela reste un produit qui demande électricité et qui ne se démocratise dans les foyers que pendant le boom de l’électroménager dans les années 50.
La mention « Made in ». Elle n’est pas toute jeune celle ci, elle apparaît en 1887 chez les anglais afin de vérifier les produits en provenance d’Allemagne. A l’origine pour nuire aux industriels Allemand, bien au contraire, elle devient un gage de qualité. Cette mention a fini par se démocratiser. Donc, si vous la voyez, ne pensez pas que c’est une mention contemporaine.

Etape 3 – l’intérieur et le montage

Baleines métalliques

Les baleines ! Elles sont incorporées dans les vêtements jusque dans les années 20. Avec l’arrivée des années folles, les baleines ne pérennise que dans les corsets et les gainettes, les sous-vêtements ayant commencé à changer pour donner plus de libertés aux vêtements féminins. A noter, les baleines métalliques sont utilisées depuis 1850.
Les doublures : Quand on ouvre certains vêtements ancien on peut tomber nez à nez avec de la toile de jute. On retrouve cette technique sur des vêtements de début 1900. Rigidité et barrière thermique supplémentaire.

Surjet

Connaissez vous la sur-jeteuse ? Le Surjet est une technique de couture qui permet de limiter que le tissu s’effiloche à force d’utilisation. Les machines à coudre françaises ne feront pas ses points avant la fin de la seconde guerre mondiale.

Etape 4 – Les motifs Alors là, va falloir ouvrir pas mal de livres de mode tout de même.

Le petit poids ! Alors, apparu en 1936 grâce à Minnie (Merci Disney), il devient vraiment plus présent dans la mode française à partir des années 50/60, en variant ses tailles et ses formes. Sur la période 30-40, on voit bien plus couramment des carreaux, des rayures, de l’uni, et des fleurs (petites, pas des gros placards dont la fleur fait 10×10 cm, là, faut plus tabler sur les années 70/80)
Pour aider, il vaut tout de même mieux voir. Trouver des magazines de ces époques, les matières et motifs y sont décrit. C’est la plus belle documentation que vous ayez.
Voici déjà quelques indices qui pourront vous aider à situer une période à vos trouvailles, en espérant que cela vous aide. Il existe d’autres détails important qui permettent de dater des vêtement anciens, je ne les connais pas. Si vous avez vous même d’autres indices, n’hésitez pas à les partager. Les connaissances de tous sont importantes.

Avec Sandra Berton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *